Les autres acteurs du ferroviaire

Si SNCF Réseau occupe une place centrale dans le paysage ferroviaire français, l’entreprise publique travaille avec de nombreux partenaires privés et institutionnels, nationaux comme européens. Certains interviennent directement dans la gestion ou l’exploitation du réseau, d’autres remplissent une mission de contrôle.

Les institutions et entreprises qui dessinent le réseau ferroviaire français

SNCF Réseau s’occupe de la gestion, de la maintenance et de l’exploitation (mise en œuvre des chantiers après appel d’offres). L’Etat définit les orientations, et les régions les mettent en œuvre. Plus de 20 entreprises clientes utilisent le réseau. Les grands groupes du bâtiment mettent en œuvre les chantiers, des entreprises mandataires rénovent et entretiennent les infrastructures. Les autorités de régulation gèrent la sécurité. De nombreux acteurs européens interagissent également.

De la conception des projets ferroviaires à l’utilisation des voies, entreprises et collectivités diverses sont des interlocuteurs privilégiés de SNCF Réseau.

Depuis sa création en janvier 2015, SNCF Réseau concentre l’ensemble des responsabilités de gestion et d’exploitation des infrastructures ferroviaires de France.

Les pouvoirs publics jouent également un rôle déterminant :

  • L’Etat détermine les orientations générales et les grands chantiers d’aménagement. Il participe également au financement des projets de développement et de rénovation du réseau.
  • Les Régions ont de plus en plus de responsabilités en matière de transports publics. Autorités organisatrices, elles définissent les politiques de financement. Elles prennent aussi en charge une partie du financement du réseau dans le cadre des contrats de projets Etat-Régions (CPER).

Côté utilisation, 24 entreprises françaises, régionales et étrangères utilisent les  30 000 km de voies qui sillonnent l’Hexagone.

Pour les travaux de maintenance et de développement du Réseau, SNCF Réseau travaille avec des entreprises mandataires comme SCET, XELIS, SYSTRA, SETEC… Celles-ci doivent notamment respecter les engagements de l’entreprise publique en matière de développement durable.

Les très grands projets d’infrastructures sont quant à eux l’affaire de spécialistes comme Eiffage, Vinci ou Bouygues. Ces grands groupes de travaux publics interviennent notamment lors de la construction des lignes à grande vitesse (LGV).

Vue aérienne du Viaduc de la Moselle

La nouvelle offre ferroviaire
 

D’ici 2030, 800 km de lignes nouvelles vont être construites, dont 100 km pour le raccordement au réseau existant. Cela représente 33 % de lignes à grande vitesse (LGV) supplémentaires pour un investissement total de 15 milliards d’euros.

Pour mener à bien ces projets de grande ampleur, 3 partenariats public-privé ont été passés avec :

  • Liséa du groupe Vinci, pour la construction de la LGV Sud-Europe Atlantique ;
  • Ere du groupe Eiffage, pour la construction de la LGV Bretagne - Pays de la Loire ;
  • Oc’Via du groupe Bouygues, pour la construction du contournement de Nîmes-Montpellier.

Les autorités de contrôle du ferroviaire

Les grands acteurs européens

SNCF Réseau collabore avec plusieurs organes internationaux afin d’assurer une complémentarité optimale dans les projets européens :