Le réseau

Immense toile tissée au fil du temps, le réseau ferré français est en perpétuelle mutation. Pour faciliter la mobilité des voyageurs, le transport des marchandises et assurer leur sécurité, il fait régulièrement l'objet d'aménagements et de travaux de modernisation.

Les principales caractéristiques du réseau ferré français

Un réseau ferré dense, à forte capacité

SNCF Réseau exploite 51 217 km de voies ferrées principales, dont 30 000 km de lignes en service qui irriguent l’ensemble du territoire national.

Pour gérer le trafic sur cette gigantesque toile, SNCF Réseau dispose de systèmes de signalisation et d’équipements de sécurité particulièrement efficaces :

  • 17 351 passages à niveau, régulièrement adaptés et sécurisés ;
  • 2 271 postes d’aiguillage, dont 1 245 postes électriques.

Pour permettre une circulation optimale, quels que soient les reliefs rencontrés, le génie civil a érigé des dizaines de milliers d’ouvrages, dont certains sont devenus de véritables symboles du patrimoine ferroviaire national :

  • 1 742 tunnels sont creusés pour une longueur cumulée de 637 km ;
  • 26 733 ponts et viaducs s’élèvent au-dessus des cours d’eau et des vallées ;
  • 22  323 murs de soutènement et autres perrés renforcent la stabilité des talus les plus inclinés ;
  • 1 142 passerelles enjambent les voies

Vue du Viaduc de Garabit Le célèbre viaduc de Garabit permet de franchir les gorges de la Truyère en un clin d’œil

En outre, la diversité des caractéristiques du réseau et des trains qui l’empruntent entraîne la mise en place de limitations de vitesse différentes selon les lignes.

Plan Vigirail 2014-2017 : modernisation de la maintenance du réseau
 

Lancé en 2013, le plan Vigirail prévoit, entre autres, le remplacement de 500 aiguillages par an sur l’ensemble du réseau. Une performance atteinte grâce à des engins industriels modernes, comme les wagons-grues Kirow et les wagons-pupitres qui déplacent aisément les grosses pièces. Par ailleurs, smartphones, tablettes et autres appareils vidéo font désormais partie de la boîte à outils des opérateurs le long des voies.

 Accompagner et anticiper les flux de circulation

Favoriser la mobilité est l'une des principales missions de SNCF Réseau. Accompagner l'augmentation des flux qui en découle en est une autre : depuis 1997, le transport de voyageurs a augmenté de 47 %. Le trafic TGV a quant à lui augmenté de 102 %, et celui des TER de 90 %.

Chaque année, l’entreprise répond au total à plus de 7 millions de demandes de sillons réparties entre :

  • 180 millions de train-km (unité de mesure internationale représentant la distance totale parcourue par les trains sur le réseau) pour les Trains Express Régionaux (TER) ;
  • 160 millions de train-km pour les Trains à Grande vitesse (TGV) ;
  • 80 millions de train-km pour le fret ;
  • 60 millions de km pour la desserte de l’Ile-de-France ;
  • 50 millions pour les autres grandes lignes telles que Corails, Corails Inter Cités ou les Trains Inter Régionaux.

Un fort potentiel de développement en optimisant les flux de circulation

Déjà très performant, le réseau ferré français dispose de plusieurs pistes d’amélioration :

  • moderniser le réseau sur l’ensemble du territoire ;
  • intégrer dans le réseau ferré national les LGV en construction ;
  • compenser la grande disparité de circulation entre des lignes qui voient passer plus de 150 trains par jours et d’autres qui sont parcourues par moins de 10 trains par jour.

 

Passage d'un train touristique à proximité du littoral. La ligne touristique entre Perpignan et Cerbere illustre la disparité de besoins des utilisateurs du réseau

Le réseau électrique, véritable « système nerveux » du réseau ferroviaire

15 687 kilomètres de voies ferrées sont équipées de lignes électriques. Elles permettent de faire circuler 90 % du trafic voyageur et 85 % du fret. Le reste des voies est équipé d’autres systèmes, tels que l’alimentation électrique par un troisième rail.

Plusieurs systèmes d’équipements électriques
 

5 863 km de lignes au sud de Paris fonctionnent encore grâce à un système électrique à moyenne tension, de 1 500 volts. Autrefois généralisé, ce système a été progressivement remplacé depuis les années 1950 par le courant monophasé à 25 000 volts, plus moderne et moins coûteux.