Publié le 30/01/2017 - Mis à jour le 06/02/2017
Passer la zone des réseaux sociaux

Éco-pâturage : une solution 100 % écologique pour le débroussaillage des lignes non-circulées

SNCF Réseau est en charge de l’entretien des voies, même si les trains n’y circulent plus. Dans certaines zones difficiles d’accès, il est compliqué de débroussailler. C’est pourquoi, depuis quelques années, une solution originale a été mise en œuvre : l’éco-pâturage. Une façon de privilégier le travail des bergers et de leurs bêtes plutôt que l’utilisation de produits chimiques.

5 juillet 2014, Bray-en-Val.
Il est un peu plus de 9h du matin et le jour est déjà bien levé sur la campagne Orléanaise.

À quelques centaines de mètres du centre de la commune, à hauteur de la rivière Bionne, un homme s’avance le long du chemin de fer. Est-il technicien ? En charge de l’entretien des voies ? Non. C’est un berger.

Une soixantaine d’animaux mobilisés sur 30 kilomètres

Au début de l’année, Jean-Luc a été choisi par la société Ecozoone pour participer au projet d’éco-pâturage lancé par SNCF Réseau sur ses voies non circulées. Chaque jour, Jean-Luc arpente les 3 kilomètres de chemins de fer qui ont été progressivement gagnés par les genêts, les ronces, les jeunes ligneux et les orties. Il veille au bien-être de ses animaux, 2 vaches et 5 ânes, qui nettoient les abords des lignes et permettent à SNCF Réseau d’entretenir son patrimoine sans aucun produit phytosanitaire.

Les animaux nettoient les abords des lignes et permettent à SNCF Réseau d’entretenir son patrimoine sans aucun produit phytosanitaire 

La ligne Orléans-Gien, sur laquelle se situe la commune de Bray-en-Val, n’est pas la seule à faire l’objet d’une telle expérimentation. En 2014, quatre chantiers d’éco-pâturage ont été mis en œuvre dans le département du Loiret. Pendant sept mois, d’avril à octobre, près de 60 animaux ont pâturé 30 kilomètres de voies ferrées, dans 5 communes. Parmi ces animaux, une majorité de moutons, mais aussi des ânes, des poneys et des vaches.

 


Les moutons sont utilisés pour débarrasser les herbes et les jeunes ligneux.

 

Débroussailler les zones difficiles d’accès aux hommes

Derrière cette initiative écoresponsable, il y a la volonté de SNCF Réseau d’entretenir et valoriser son patrimoine ferroviaire dans le respect des environnements et des localités. Pour Sophie Téton, Responsable Environnement Développement Durable chez SNCF Réseau, l’éco-pâturage constitue une approche innovante. « Nous utilisons des techniques ancestrales, mais avec la volonté de faire bouger les choses. Le pâturage est traditionnellement pratiqué dans les régions de montagne. Nous avons tout simplement décidé de le transposer dans des zones plus urbaines. »


Petit à petit, les lignes non-circulées sont gagnées par la végétation.

Et le résultat parle de lui-même ! Grâce à l’éco-pâturage, des pans entiers de végétation sur les lignes sont maîtrisés, dans des zones parfois difficiles d’accès. Pour accomplir cette mission délicate dans le Loiret, SNCF Réseau a décidé de faire appel à un partenaire de confiance : la société Ecozoone.

Chaque jour, deux bergers professionnels  mobilisés par cette entreprise partenaire effectuent des tournées auprès des animaux. « Il s’agit de contrôler que tout se passe bien, que les animaux ont suffisamment de nourriture et qu’ils sont tous bien présents », explique Marjorie Deruwez, créatrice et gérante d’Ecozoone.

Une opération en deux temps

Jean-Luc est l’un de ces deux professionnels. Tout au long de l’opération, il accompagne les bêtes et optimise l’entretien des voies ferrées.

Dans le Loiret, l’expérience d’éco-pâturage s’est déroulée en deux temps :

  • D’avril à juin, a eu lieu une phase de débroussaillage. Elle s’est déroulée sur place, de façon sédentaire, avec un suivi quotidien
  • Durant l’été, une phase de transhumance, en itinérance, a permis le nettoyage des repousses et des végétations plus persistantes (ronces, arbustes, etc.). Ce sont essentiellement des poneys qui ont été choisis, car ils sont plus habitués aux déplacements fréquents.

Cette phase de travail en itinérance est innovante et soulève de nouvelles questions. « Le pilotage des opérations a été défini en amont par SNCF Réseau Centre-Val de Loire. », souligne Sophie Téton. « Tous les aspects relatifs à la sécurité des animaux mais aussi à celle des bergers ont été soigneusement étudiés par les équipes SNCF Réseau. »

Pour les riverains, le dispositif sort de l’ordinaire mais contribue à redonner de la vie dans les localités. « L’accueil réservé aux animaux est très chaleureux », s’enthousiasme Marjorie Deruwez. « Le but est en effet de recréer de l’éco-diversité dans les communes. C’est un projet qui est forcément très bien accueilli. »

Tous les aspects relatifs à la sécurité des animaux, mais aussi des bergers ont été soigneusement étudiés

 

Entretien et valorisation du patrimoine : SNCF Réseau s’engage pour le développement durable
 

L’opération éco-pâturage menée dans le Loiret entre avril et octobre 2014 témoigne d’une politique respectueuse des environnements et résolument tournée vers le développement durable. Ce type d’action peut être mis en œuvre à des fins d’entretien des voies, mais aussi pour valoriser le patrimoine ferroviaire.

Ainsi, depuis juillet 2013, SNCF Réseau a disposé, tout au long des 20 kilomètres de l’ancienne ligne reliant Vieilleville à Bourganeuf, une cinquantaine de ruches. 90 000 abeilles y ont produit, en 2013 et 2014, environ une tonne de miel toutes fleurs.


Des ruches sont disposées sur l’emprise d’une ligne non-circulée.

 

Une piste viable pour des centaines de kilomètres de lignes non circulées

À travers ces initiatives de développement durable, SNCF Réseau cherche à mieux intégrer ses lignes non circulées, qu’il est tenu d’entretenir, dans leur environnement naturel. Dans la seule région Centre-Val de Loire, SNCF Réseau possède environ 2 500 kilomètres de voies, dont 500 non circulées. « Valoriser ces lignes non exploitées est un véritable enjeu », explique Sophie Téton. « Cela fait partie de notre patrimoine ferroviaire, mais aussi des environnements, des localités, des paysages. Les opérations écoresponsables menées par SNCF Réseau, que ce soit l’éco-pâturage ou la mise en place de ruches, permettent de renforcer la biodiversité et de faire travailler des professionnels locaux comme des apiculteurs ou des bergers. »

C’est ainsi que le projet a été repris en Limousin en 2015 et, cette fois, sur 55 km de voies.