Passer la zone des réseaux sociaux

Les aménagements paysagers

Reconstitution de zones humides, de rocailles, de prairies fleuries, de potagers... Le chemin de fer traverse et remodèle toute une mosaïque de paysages. Dans le cadre de son rôle d’aménageur du territoire, SNCF Réseau veille de plus en plus à prendre en compte la dimension paysagère dans ses projets, au bénéfice des utilisateurs du train dans leur quotidien. Deux exemples, à Vaires-sur-Marne et Noisy-le-Sec.

Vaires-sur-Marne : création d’un bassin d’expansion des crues

Dans le cadre de la réalisation de la Ligne à Grande Vitesse Est Européenne, un bassin d’expansion des crues de la Marne a été créé dans un délaissé de terrain entre deux voies ferrées.

Un terrain délaissé, en cours d’aménagement, entre deux voies ferrées.
Le terrain avant aménagement.

Afin de ne pas exporter les matériaux en place issus des creusements, un projet d’écopaysage a été initié. La totalité de la surface du délaissé a ainsi été considérée.

Ce projet a permis de favoriser l’accueil de la faune et de la flore locale et de donner à ce bassin une vocation de milieu naturel à part entière.

Le terrain réaménagé laisse place à de hautes herbes et à des arbres. Un bassin au cœur des herbes, dans le terrain réaménagé
Après aménagement, le bassin devient un milieu naturel à part entière

Cette opération de renaturation a permis au paysage de jouer un rôle clé comme créateur de milieux et promoteur de biodiversité.

Pour cet aménagement paysager, l’entreprise a reçu une victoire d’or du paysage en 2014.

L’aménagement d’un jardin à Noisy-le-Sec

Dans le cadre de la construction de la desserte routière d’un centre de maintenance à Noisy-le-Sec, un espace public piétonnier protégé de la voirie a été créé. Il comprend l’aménagement d’assises et d’un jardin sec.

Terrain avant aménagement, comportant de la terre et des cailloux
Le terrain avant aménagement.

L’opération a consisté en la création d’une placette publique aménagée en entrée du pont Gallieni, comprenant un jardin sec planté de deux pins sylvestre, économe en eau et à gestion extensive, et d’aménagements servant d’assises, constitués de gabions végétalisés formant des massifs surélevés.

Les mobiliers d’assise sur l’ensemble des espaces créés sont constitués par des gabions (casiers, le plus souvent constitué de solides fils de fer tressés et rempli de pierres). Ainsi intégrés aux aménagements, ils formet un tout cohérent sur l’ensemble de la placette. L’entretien sera aisé, un simple jet haute-pression permettant de nettoyer.

Certains gabions sont végétalisés avec une palette de végétaux parfaitement adaptés à cette situation. Les plantes de la steppe fleurie sont des xérophytes : elles peuvent ainsi supporter des conditions de sécheresse prolongée. Cependant, un arrosage par temps sec permettra une croissance plus rapide des végétaux. L’ensemble des linéaires en gabion est bordé de plantes assurant une tenue esthétique tout au long de l’année. Des corbeilles de propreté sont intégrées aux massifs en gabion constitués.

L’ensemble des éléments de cette placette ont été conçus en assurant une intégration avec l’environnement ferroviaire alentour, tout en donnant une identité propre aux aménagements ainsi harmonisés.

Terrain avant aménagement, comportant de la terre et des cailloux
Le jardin sec et ses assises, dédiés aux piétons.