Publiée le 22/06/2018 - Mise à jour le 26/06/2018
Passer la zone des réseaux sociaux

ARGOS : un partenariat d’innovation pour développer les postes d’aiguillage du futur

Ce mercredi 20 juin, SNCF Réseau a donné le coup d’envoi du partenariat d’innovation ARGOS, auquel participent Alstom, Ansaldo STS, Siemens et Thales. Objectif de ce challenge industriel : imaginer la prochaine génération de postes d’aiguillage !


Dans le cadre de la transformation de l’infrastructure, SNCF Réseau relève les standards techniques et économiques pour les postes d’aiguillages informatique (PAI) de nouvelle génération, à travers trois objectifs majeurs :

  • réduire les budgets de 15%, sur le prix d’achat, la maintenance, les modernisations futures, etc.
  • diminuer les coûts, les effectifs et les délais nécessaires à la mise en œuvre des futurs postes, afin de limiter l’impact sur les circulations.
  • augmenter la performance globale des nouvelles installations, notamment dans le domaine de la cyber-sécurité, de la maintenance et de l’exploitation.

C’est dans le but de favoriser l’émergence de solutions en rupture que SNCF Réseau a choisi de lancer un « partenariat d’innovation ». Baptisé ARGOS*, ce partenariat allie coopération et compétition afin de stimuler la créativité des industriels : Alstom, Ansaldo STS (avec Systra et Eiffage), Siemens (avec SafeRail et Est Signalisation) et Thales (avec Engie Ineo et Vossloh).

Chaque équipe rassemble un pool de spécialistes, mis à disposition par ces leaders européens et mondiaux. Toutes travaillent avec des experts de SNCF Réseau, dans le cadre de « plateaux communs » installés en différents lieux de Paris (Avenue Ledru-Rollin, Gare du Nord, Avenue de France) et au sein même du Stade de France, à Saint Denis.

Les dirigeants de SNCF Réseau et des quatre groupements industriels étaient réunis à Paris, le 20 juin dernier, pour présenter les enjeux du partenariat d’innovation ARGOS.

Le calendrier de développement et de sélection :

Les quatre groupements travaillent actuellement sur des propositions techniques qui seront évaluées par SNCF Réseau en début d’année prochaine.

A partir du printemps 2019, les équipes dont les projets auront été retenus prépareront une « maquette » afin de démontrer l’efficacité technique et économique de leur projet. Sur cette base, SNCF Réseau sélectionnera début 2020 les équipes retenues pour l’industrialisation des solutions proposées.

Les groupements retenus disposeront alors de 30 mois pour construire chacun un premier PAI « tête de série » qui devra être opérationnel en 2023, avant le déploiement à grande échelle.

* En référence au géant de la mythologie grecque doté de 100 yeux qui lui garantissaient une vigilance à toute épreuve. C’est cette vertu que SNCF Réseau revendique pour la surveillance et la sécurité des circulations.

Les PAI permettent aux agents circulation, basés dans les « tours de contrôle ferroviaire », de commander les aiguillages et les signaux nécessaires à la circulation des trains.