Publiée le 12/01/2012 - Mise à jour le 19/05/2015
Passer la zone des réseaux sociaux

Bouygues retenu pour le Contournement de Nîmes et Montpellier

Bouygues a été retenu pourl’attribution du contrat de partenariat public - privé ducontournement de Nîmes et de Montpellier. D’un montant de deuxmilliards d’euros, cette infrastructure prévue pour 2017, sera lapremière ligne à grande vitesse « mixte », utilisée parle fret et les voyageurs.

Réseau Ferré de France a désigné Bouygues, groupement composé de Bouygues TP, DTP Terrassement et Colas (filiale de Bouygues SA), Alstom Transport, Spie Batignolles et les fonds Méridian Infrastructure et FIDEPPP, « attributaire pressenti » du contrat de partenariat public-privé pour la conception, la construction, la maintenance et le financement du contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier.
 

La première ligne à grande vitesse « mixte », utilisée par le fret et les voyageurs

Cette ligne a pour objectif d’améliorer significativement la qualité de service et la performance du transport ferroviaire : le transport de marchandises, notamment avec l’Espagne, l’offre à grande vitesse pour l’accessibilité des grandes villes de la région Languedoc-Roussillon, et le développement des trains régionaux.

Inscrite dans le prolongement des lignes à grande vitesse existantes Paris-Lyon et Méditerranée vers l’Espagne, elle constitue un maillon supplémentaire pour la construction de l’Europe ferroviaire.

Le lancement de la construction du contournement de Nîmes et de Montpellier est prévu pour la fin 2012. Ce chantier d’une durée de quatre ans générera environ 6 000 emplois directs et indirects par an qui profiteront à l’économie régionale.
 

Quatre lignes à grande vitesse lancées simultanément

Réseau Ferré de France, dans sa responsabilité d’acteur ferroviaire, a rempli sa mission de lancer la construction de quatre projets de ligne à grande vitesse en même temps, dont trois en partenariat public – privé. Le contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier est dans la continuité des autres contrats signés en 2011 pour les lignes à grande vitesse entre Tours et Bordeaux et entre Le Mans et Rennes. 

Pour la LGV Est européenne entre Metz et Strasbourg, en cours de construction, RFF a choisi de la réaliser sous sa maîtrise d’ouvrage, dans la continuité de la première phase mise en service en 2007.

L’ensemble des ces quatre lignes seront mises en service d’ici 2017. Ces lignes nouvelles répondent à l’objectif du Grenelle de l’environnement qui prévoit le lancement de 2000 km de lignes à grande vitesse supplémentaires d’ici 2020.