Publiée le 08/01/2014 - Mise à jour le 19/05/2015
Passer la zone des réseaux sociaux

La nouvelle offre ferroviaire à l’horizon 2017

Près de 800 km de lignes nouvelles,dont 600 km sur la façade Atlantique, viendront étoffer le réseauferroviaire national entre 2016 et 2017. Tous les acteurs concernéssont mobilisés pour les trois prochaines années, en vue d’atteindreun objectif majeur : organiser les circulations sur cesnouvelles lignes pour permettre la mise en place d’une nouvelleoffre ferroviaire au bénéfice des utilisateurs duréseau.

D’ici 2030, le nombre de voyageurs en France devrait augmenter significativement. Pour faire face à cette croissance, il est nécessaire de préparer le réseau ferroviaire à accueillir ces nouveaux flux. C’est pourquoi l’Etat, les Régions, Réseau Ferré de France, la SNCF et des entreprises privées unissent leurs compétences pour mener à bien un projet d’une rare ampleur : injecter dans le réseau, et de façon simultanée, 800 km de lignes nouvelles, constitués de 700 km de lignes à grande vitesse et 100 km de raccordements au réseau existant.

Ce vaste projet de transports rapides, durables et sûrs lié au développement du réseau à grande vitesse répond aux attentes des voyageurs. Il contribuera également à désengorger certaines lignes et à libérer des créneaux sur lignes classiques. Il représente, enfin, une première étape pour le grand plan de modernisation du réseau. Au final, en 2017, les voyageurs bénéficieront d’une nouvelle offre ferroviaire, grâce à la mise en service de plusieurs lignes, dont deux vont particulièrement modifier l’organisation du réseau sur la façade Atlantique : la LGV Bretagne Pays de la Loire Le Mans – Sablé-sur-Sarthe - Rennes et la LGV Sud-Europe Atlantique Tours – Bordeaux.

Les changements attendus

Pour Réseau Ferré de France, ce projet représente l’opportunité d’offrir à l’ensemble de ses clients, une palette d’améliorations sur plusieurs points. Ainsi, le réseau devrait gagner en performance grâce à des temps de parcours réduits, améliorant l’accessibilité au Grand Ouest : Paris-Rennes en 1h26 (37 minutes gagnées), Paris-Nantes en 1h55 (au lieu de 2h02), Paris-Bordeaux en 2h05 (au lieu de 3h).

Autre point notable : le réseau devrait disposer de plus de capacité, grâce à une organisation optimisée et cadencée résultant de la synergie entre les trains de longs parcours et les trains du quotidien. De plus, les lignes classiques seront moins chargées, ce qui libèrera de la capacité pour les TER, les TET (Intercités, dits trains d’équilibre du territoire) et le fret.

Par ailleurs, suite à la mise en place généralisée du cadencement, notamment en Bretagne et Pays de la Loire, les voyageurs disposeront de correspondances plus nombreuses, plus systématiques, avec des horaires plus facilement mémorisables. Le confort de la préparation puis du vécu de leur voyage s’en trouvera augmenté. Plus globalement, les déplacements seront facilités au quotidien grâce à des efforts en termes d’accessibilité et de bonne circulation de l’information.

Le projet Atlantique 2017
Etant donné les enjeux liés aux mises en services des lignes en cours de construction dans le Grand Ouest, Réseau Ferré de France a décidé de se doter d’une direction de projet dédiée. L’équipe à la manœuvre pour le projet Atlantique 2017 a pour mission principale de coordonner la préparation des services liés à ces nouvelles lignes à grande vitesse pour les régions Aquitaine, Poitou-Charentes, Bretagne, Pays de la Loire, Centre, Limousin, Midi-Pyrénées et Ile-de-France.
Le saviez-vous ? La ligne à grande vitesse qui relie Paris à Courtalain, avant de se diviser vers Tours pour la première branche et Le Mans pour la seconde, s’appelle la ligne à grande vitesse Atlantique. Les deux projets en cours, Sud-Europe Atlantique et Bretagne - Pays de la Loire, représentent la continuité de cette ligne. Les trains en partance de Paris partagent un tronc commun de 150 km avant de se séparer à Courtalain pour desservir l’ouest ou le sud-ouest.
 

 Les projets en cours de construction

 
La LGV Est européenne 2e phase Baudrecourt-Vendenheim : mise en service prévue au printemps 2016. 106 km de lignes à grande vitesse en construction auxquels s’ajoutent 16 km de raccordements.
La LGV Bretagne Pays-de-la-Loire : 182 km de lignes nouvelles auxquels s’ajoutent 32 km de raccordements au réseau existant. La LGV traverse les régions Bretagne et Pays-de-la-Loire et les départements de la Sarthe, de la Mayenne et de l’Ille-et-Vilaine.
La LGV Sud-Europe Atlantique : 340 km de lignes nouvelles, dont 302 km de ligne à grande vitesse et une quarantaine de km de raccordements à la ligne existante. Elle traverse 3 régions (Centre, Poitou-Charentes et Aquitaine) et 6 départements (Indre-et-Loire, Vienne, Deux-Sèvres, Charente, Charente-Maritime et Gironde).
Le contournement de Nîmes – Montpellier : 80 km de lignes nouvelles, dont 60 km de lignes à grande vitesse entre Manduel (à l’est de Nîmes) et Lattes (à l’ouest de Montpellier). La nouvelle gare de Montpellier est prévue pour la fin de l’année 2017 dans le secteur Odysséum. Celle de Nîmes quant à elle est prévue au plus tard fin 2020.

Calendrier

2013 : première structure horaire et hypothèses de péages
2014 : poursuite de la concertation avec l’ensemble des acteurs
2015  : construction de l’horaire et fixation des péages
Fin 2015 : ouverture de la commande de sillons
2016 : construction de l’horaire définitif / commandes par les entreprises ferroviaires
mars 2016 : mise en service commercial de la ligne à grande vitesse Est européenne 2e phase
courant 2017 : mise en service commercial des lignes à grande vitesse Bretagne Pays-de-la-Loire (BPL) Le Mans - Sablé-sur-Sarthe - Rennes et Sud-Europe Atlantique (SEA) Tours - Bordeaux
automne 2017 : mise en service commercial contournement Nîmes - Montpellier

Chiffres clés

800 kilomètres de lignes nouvelles en construction dont 100 kilomètres de raccordement au réseau existant -un linéaire de lignes mises en service sans précédent depuis 1900
33% de LGV en plus (2700 km de lignes à grande vitesse en 2017)
+ de 15 milliards d’euros investis
3 partenariats public-privé :
Liséa (Vinci) pour la construction de la LGV Sud-Europe Atlantique
Ere (Eiffage) pour la construction de la LGV Bretagne - Pays de la Loire
Oc’Via (Bouygues) pour la construction du contournement de Nîmes-Montpellier