Publiée le 31/01/2012 - Mise à jour le 19/05/2015
Passer la zone des réseaux sociaux

Le train long est sur les rails !

Plébiscités dans le cadre dudéveloppement du fret ferroviaire, les premiers trains longs de 850m ont été mis en service sur le réseau courantjanvier.

Le 9 janvier dernier, le premier train long du transport combiné de 850 mètres circulant à 120 km/h s’est lancé sur le réseau ferroviaire entre Paris et Marseille, dans le cadre d’un service régulier qui sera désormais en place à raison de cinq allers-retours par semaine.

L’initiative revient à l’entreprise de fret ferroviaire Euro Cargo Rail et l’opérateur de transport combiné T3M, qui souhaitent ainsi disposer de leviers supplémentaires en faveur d’une meilleure compétitivité par rapport à la route.
En outre, les premières circulations commerciales des trains de 850 mètres d’autoroutes ferroviaires, opérés par Lorry Rail et Fret SNCF, sont en place depuis le 19 janvier entre Bettembourg et Perpignan à raison d’un aller et retour par jour.

Un projet innovant pour le développement du fret ferroviaire

Le Grenelle de l’environnement a défini des objectifs ambitieux pour le secteur ferroviaire, fixant en particulier l’accroissement de la part modale des transports de marchandises alternatifs à la route de 14 % à 25 % à l’horizon 2022.

Conformément aux exigences du Grenelle, l’allongement des trains représente l’une des clés de voûte pour le développement du fret ferroviaire. En effet, les trains longs devraient générer des gains de capacité sur le réseau, tout en améliorant la productivité des opérateurs et entreprises ferroviaires.

Pour les trains de transport combiné, la charge utile augmente de 4 à 5 UTI par train alors que les coûts d’exploitation augmentent de manière modérée puisque le train est toujours tracté avec une seule locomotive.

Pour l’autoroute ferroviaire, des convois de grande capacité permettent désormais de charger l’équivalent de 48 semi-remorques contre 40 semi-remorques auparavant. Cette augmentation de plus de 20 % des capacités est permise par la mise en œuvre de deux locomotives qui permettent de tracter 2400 tonnes contre 1800 tonnes auparavant.

Pour un nombre identique de sillons, l’allongement des trains permet donc de transporter plus de fret, participant à l’optimisation du réseau.

Des perspectives de commercialisation

L’allongement des trains concerne en premier lieu les axes identifiés comme stratégiques, desservant les grands pôles économiques (agglomérations ou ports), situés sur des corridors européens.

Au-delà de ces deux premiers axes qui verront leur trafic se renforcer dans les prochains mois (passage progressif à quatre allers-retours par jour pour les trains d’autoroutes ferroviaires, lancement d’un nouveau service entre Bonneuil/marne et Avignon), d’autres services devraient voir le jour cette année, notamment entre Le Havre et Valenton et ultérieurement entre Dourges et Bayonne.