Publiée le 06/10/2015 - Mise à jour le 06/10/2015
Passer la zone des réseaux sociaux

Nouveaux services ferroviaires épisode 4 : Atlantique 2017 avance

Les deux LGV SEA et BPL sont entrées dans leur phase d’équipement ferroviaire. A proximité immédiate des grands chantiers, SNCF Réseau a débuté la mise en service des futurs équipements de raccordement au réseau. Le Central Sous-Station de Rennes, qui va gérer l’ensemble de l’énergie des deux nouvelles infrastructures, est lui aussi opérationnel depuis juin 2015. Le projet de dessertes ferroviaires TGV a été présenté aux autorités organisatrices des transports par SNCF Mobilités. Prochaine étape pour SNCF Réseau : la parution du document de référence à la fin de l’année.

Alors que les travaux battent leur plein sur les sites de construction des deux LGV, Sud-Europe Atlantique (SEA) et Bretagne - Pays de la Loire (BPL), un autre chantier a été mené afin de préparer la nouvelle offre de services ferroviaires pour 2017. Horaires de départ et d’arrivée, correspondances, arrêts dans les gares, structuration du graphique de circulation des trains, articulations interrégionales, connexions entre les TGV, les TER et les TET (trains d’équilibre du territoire)… : tels sont les principaux axes des discussions organisées par SNCF Réseau avec SNCF Mobilités et les Conseils régionaux. Ce projet de desserte sera aussi présenté aux élus locaux, aux associations de voyageurs, aux chargeurs... Ce dialogue revêt un caractère exceptionnel : en effet, 100% des horaires vont être changés sur près d’un tiers du territoire à l’été 2017 (Aquitaine, Poitou-Charentes, Bretagne, Pays de la Loire, Centre, Limousin et Midi-Pyrénées et Ile-de-France, gare Montparnasse).  

Un travail d’échange itératif

La construction du nouvel horaire de service se déroule en plusieurs phases. « En amont, SNCF Réseau a piloté une première étape autour de la structure de la trame horaire « deux heures » puis « 24 heures » précise Serge MICHEL, Directeur du projet Atlantique 2017 et chargé de s’assurer de la bonne coordination de l’information pour que la nouvelle offre de services répondent aux plus près des nouveaux besoins exprimés par les territoires. « C’est un travail d’échange où toutes les possibilités sont mises sur la table, où sont réunies toutes les activités, pas seulement TGV mais aussi TER, TET, le Fret…Nous anticipons ainsi le futur grand service ferroviaire de 2017. Aujourd’hui (octobre 2015 ndlr) nous avons franchi plusieurs étapes qui doivent nous amener à la parution du document de référence du réseau avec le barème des péages et à la sortie du catalogue des sillons en décembre 2015, ce qui permettra aux transporteurs de faire leurs commandes en avril 2016 pour assurer le meilleur des transports à l’été 2017 ».

Le saviez-vous ?
 

L’horaire de service est le calendrier des horaires de train pour l’année à venir.
Pour en savoir plus sur la construction des horaires, regardez la vidéo : comment circule un train sur le réseau.

L’attente de nouveaux services

L’offre Atlantique 2017 comprend six principaux axes qui repose sur une vision de la grande vitesse au service des voyages du quotidien et connectée notamment aux TER :

  • Aller plus loin, plus vite : le prolongement des Lignes à Grande Vitesse vers l’Ouest et le Sud-Ouest permettra aux TGV de gagner du temps sur les destinations actuelles.
  • Diffuser les effets de la grande vitesse à l’ensemble des territoires de la façade atlantique : SNCF Réseau cherche à partager les fruits de la grande vitesse avec le réseau classique. Par exemple, dès l’été 2017, des trajets Paris-Brest en près de 3h15 seront d’ores et déjà possibles.
  •  Connecter la grande vitesse aux trains du quotidien : ce n’est pas seulement les horaires des TGV qui vont changer en 2017, c’est toute l’offre du réseau qui verra sa grille horaire remodelée par l’arrivée de la grande vitesse, soit près de 2500 trains qui circulent chaque jour.
  • Créer des hubs de transport dans les métropoles de l’Ouest : en l’absence de gare nouvelle, les gares de centre-ville sont destinées à se transformer en véritables hubs de transport. De quoi améliorer le « service porte-à-porte ».
  • Libérer de la capacité pour de nouveaux trajets dans le grand Ouest : une meilleure utilisation des capacités du réseau permettra notamment au fret de de se développer.
  • Ouvrir de nouvelles voies vers l’Europe : toute la carte de France des mobilités se rétrécit avec le projet Atlantique 2017 et s’ouvrent sur les régions européennes.

Infographique Nouveaux Services Ferroviaires Atlantique 2017

 

Le saviez-vous ?
 

LISEA (groupe VINCI) et ERE (Eiffage) sont des nouveaux acteurs du ferroviaire, partenaires de SNCF Réseau pour la gestion des deux infrastructures nouvelles (LGV SEA et LGV BPL).

Pour en savoir plus, lisez l’épisode 2 : les modes de financement d’une LGV.

Les vertus d’un dialogue constant entre les acteurs

Un autre élément entre en jeu dans le dialogue engagé par SNCF Réseau avec les acteurs locaux : partager les spécificités  du TGV Atlantique. « Tout le monde ne sait pas que les trains en provenance de Bretagne ou des Pays de la Loire utilisent sur 150 km la même portion de ligne que les trains en provenance de Bordeaux et de tout le sud-ouest (il s’agit de la branche commune LN2 construite en 1989 ndlr). Il n’est pas possible de faire circuler plus de 13 trains par heure aux périodes de pointe, et ce pour l’ensemble de la zone Atlantique. De même les correspondances TER s’adaptent selon l’architecture du réseau régional », ajoute Gilles Bontemps, vice-président Transport de la Région Pays de la Loire

Des TER à grande vitesse !

Le projet Atlantique 2017 regorge d’inédits comme la création de la liaison Nantes - Angers - Laval - Rennes. Elle raccordera au niveau de Sablé-sur-Sarthe la nouvelle LGV BPL avec la ligne actuelle Paris-Nantes. Aujourd’hui, il faut en moyenne 2h15 pour relier Laval et Nantes en train (avec un changement à Rennes ou au Mans) ou en car. Avec cette nouvelle liaison, la région Pays de la Loire sera la première en France à faire circuler des trains régionaux avec du matériel de type TER sur une portion de la LGV, entre Nantes, Angers, Laval et Rennes. Cela permettra de rejoindre Laval et Nantes, ou Angers et Rennes, en 1h30 environ.

Réussir 2017

35 ans après la mise en service de la première Ligne à Grande Vitesse en 1981, la grande vitesse ferroviaire « à la française » reste un défi pour le Groupe SNCF qui mobilise tous les savoir-faire de SNCF Réseau (la maintenance, les travaux, l’ingénierie, les équipes de régulation des circulations, ceux de la tarification, des horaires…) et ceux de SNCF Mobilités (des agents d’accueil aux conducteurs, le matériel etc).  « C’est un grand changement qui s’annonce pour 2017, mais il est associé à des garanties de régularité et de fiabilité dès lors que les connexions sont efficaces, conclut Gilles Bontemps. « Nous avons prévu de lancer une campagne de communication pour accompagner l’arrivée de la nouvelle offre auprès des usagers ».