Publié le 02/04/2015 - Mis à jour le 06/07/2017
Passer la zone des réseaux sociaux

LGV Bretagne-Pays de la Loire

La nouvelle Ligne à Grande Vitesse (LGV) Bretagne-Pays de la Loire va faciliter les trajets vers l'Ouest de la France. Elle contribuera aussi à une meilleure mobilité quotidienne, et au développement du transport ferroviaire de fret. Imaginé dès 1994, ce projet est mené en concertation avec les acteurs locaux. La mise en service de la ligne est prévue pour 2017.

Calendrier

1994-2005

Débats et études préalables

2006

Enquête préalable à la Déclaration d’Utilité Publique

2007

Déclaration d’Utilité Publique

2009

Protocole de financement signé entre l’État, les régions Bretagne et Pays de la Loire et RFF (SNCF Réseau depuis 2015)

2011

Signature du contrat de partenariat public-privé entre RFF et Eiffage Rail Express (ERE)

2011-2012

Mise au point des études de détail et acquisitions foncières en concertation locale

2012

Début des travaux sur les raccordements

Fin 2012 - fin 2014

Travaux de génie civil (26 Mm3) et ouvrages d’art (240 ouvrages dont 14 viaducs)

Début 2015

Démarrage de la pose de voie et des équipements ferroviaires

Automne 2016

Fin de tous les travaux et démarrage des essais pour 8 mois

Mi 2017

Mise en service de la LGV Bretagne-Pays de la Loire

Deux enjeux : rallier plus vite la Bretagne et les Pays de la Loire, proposer une alternative à la route

La Ligne à Grande Vitesse (LGV) Bretagne-Pays de la Loire se construit dans le prolongement de la LGV existante entre Paris et Connerré (à l’est du Mans). Longue de 182 km, elle desservira Rennes, Laval le Mans, et Nantes via Sablé-sur-Sarthe. Elle prévoit également une section « mixte » sur 25 km, accueillant à la fois voyageurs et fret, au nord du Mans, entre Connerré et La Milesse. De plus, la « virgule de Sablé » permettra pour la première fois en France des liaisons directes en matériel TER à grande vitesse (200 km/h), sur un axe Nantes-Angers-Sablé-Laval-Rennes.

Ce chantier ferroviaire vise plusieurs objectifs. Il s’agit d’abord d’améliorer les performances de desserte de la Bretagne et des Pays de la Loire, grâce à la grande vitesse. De plus, la nouvelle ligne offrira une véritable alternative à la route. En effet :

  • elle permettra la mise en circulation de TER supplémentaires, facilitant la mobilité régionale et interrégionale ;
  • elle encouragera le transport ferroviaire de fret.

Infographie - LGV Bretagne-Pays de la Loire

 

 

Chiffres clés

  • 10 000 emplois directs ou indirects liés au chantier.
  • Des gains de temps sur les trajets Paris-Rennes et vers la Bretagne (-37 min.), Paris- Laval (-22 mn) Paris-Angers et Paris-Nantes (-8 min.).
  • Des trains de voyageurs circulant à une vitesse maximale de 320 km/h, et 200 km/h pour les TER à grande vitesse (virgule de Sablé).
  • Un coût prévisionnel de 3,4 Mds €.

Vidéo(s)

Timelapse montrant le lançage du Pont-Rail 1058, dernier lançage du projet LGV-BPL. Cet ouvrage franchit l'A81 à hauteur de Bonchamp-lès-Laval.

Respect de l’environnement : agir pour protéger le patrimoine local

La LGV Bretagne-Pays de la Loire constitue un acte majeur d’aménagement durable du territoire. SNCF Réseau et ERE  adoptent une démarche en 3 temps :

  1. Éviter les zones les plus fragiles (comme la vallée du Vicoin en Mayenne, qui abrite des espèces végétales protégées).
  2. Adapter le projet pour réduire ses impacts inévitables (ex. : ajout d'écrans acoustiques ; maîtrise du volume de CO2 émis par combustion d’énergies fossiles sur le chantier, ou « empreinte carbone »).
  3. Trouver des moyens de compenser les effets restants (ex. : création de mares de substitution, boisements compensateurs…)

La concertation, une réflexion ouverte à tous

Dans le cadre du projet de LGV Bretagne-Pays de la Loire, SNCF Réseau a participé aux comités de suivi départementaux et régionaux présidés par les Préfets. Ils réunissent acteurs socio-économiques, élus, représentants d’administrations, associations de protection de l’environnement, riverains, ainsi que les deux maîtres d’ouvrage : SNCF Réseau et Eiffage Rail Express. Ces instances se réunissent régulièrement pour suivre l’avancement du projet.

Partenaires du projet

La LGV Bretagne-Pays de la Loire fait l’objet d’un contrat de partenariat public-privé, signé en 2011 entre SNCF Réseau (à l’époque RFF) et la société Eiffage Rail Express (ERE) du groupe Eiffage. Celle-ci est chargée de la conception, la construction et la maintenance de la ligne pour 25 ans. Le 13 juillet 2011, SNCF Réseau a aussi passé une convention de financement avec l’État, l’Union européenne et les collectivités territoriales concernées (régions, départements, métropoles).