Publié le 09/03/2016 - Mis à jour le 28/06/2017
Passer la zone des réseaux sociaux

Aménagements Ferroviaires au Nord de Toulouse

Les Aménagements Ferroviaires du Nord de Toulouse (AFNT) représentent un des volets de la première phase du Grand Projet Ferroviaire du Sud Ouest (GPSO). Les enjeux : améliorer la desserte quotidienne, anticiper l’augmentation du trafic et accueillir la grande vitesse au cœur de Toulouse, en connexion avec le réseau de transport urbain et interurbain.

Calendrier

2010

Début des études préliminaires

2011

Concertation publique préalable

Fin 2014

Enquête publique

2015-2016

Instruction de la DUP pour les lignes nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax (3e opération de la phase 1 du programme du GPSO) avec les communes et établissements publics de coopération intercommunale (EPCI)

25 novembre 2015

Le préfet de la Gironde a déclaré d’utilité publique les Aménagements Ferroviaires au Sud de Bordeaux (AFSB)

4 janvier 2016

Le préfet de la Haute-Garonne a déclaré d’utilité publique les Aménagements Ferroviaires au Nord de Toulouse (AFNT) sur les communes de Castelnau-d’Estrétefonds, Saint-Jory, Lespinasse, Fenouillet et Toulouse.

8 juin 2016

Date limite de la décision finale sur l’utilité publique de l'ensemble du projet (par décret), après remise du dossier complet au Conseil d'État pour avis

2017

Début des travaux

2024

Objectif de mise en service du projet

Améliorer la desserte quotidienne, anticiper l’augmentation du trafic et accueillir la grande vitesse au cœur de Toulouse

View of a regional train approaching the Toulouse station with typical red brick buildings in the background.

Sur un linéaire de 19 km, entre Saint-Jory et Toulouse-Matabiau, les aménagements consistent à passer les infrastructures existantes à 4 voies :

  • Deux dédiées aux circulations lentes (TER desservant l’ensemble des haltes du périurbain nord de Toulouse et trains de fret à destination de la gare de triage de St-Jory)
  • Deux réservées aux circulations rapides (TGV et trains de voyageurs ou de marchandises sans arrêt)

Une desserte des haltes cadencée au quart d’heure en heures de pointe, entre Toulouse et Castelnau d’Estrétefonds, peut ainsi être développée.

Les travaux comprennent également l’aménagement des points d’arrêt TER entre Toulouse-Matabiau et Saint-Jory, et la réalisation d’un terminus TER partiel à Castelnau d’Estrétefonds.

Enfin, en gare de Toulouse-Matabiau, des aménagements des souterrains et des accès aux quais constituent une première amélioration en cohérence avec le grand projet urbain et de mobilité, Toulouse EuroSudOuest (TESO), porté par Toulouse Métropole.

Un environnement contraint

Vue d’un train régional circulant sur une des 3 voies. A gauche, le canal latéral à la Garonne entouré de végétation coule parallèlement à la ligne.

Les aménagements ferroviaires seront réalisés dans un environnement qui présente des contraintes multiples. Ils sont situés à proximité immédiate du canal latéral à la Garonne en zone écologiquement fragile.

Ils côtoient également des zones d’habitat dense et des zones d’activité.

Enfin, ils traversent des sites industriels classés SEVESO. Autant d’éléments que SNCF Réseau prend en compte, afin de les intégrer rigoureusement aux futurs travaux. 

Un projet en phase avec les attentes des habitants

Pour ce chantier, SNCF a mené une concertation d’ampleur : 420 participants ont été mobilisés lors de 7 réunions publiques.

Les habitants ont exprimé leur volonté de voir le projet aboutir pour, d’une part, bénéficier de plus de trains au quotidien et, d’autre part, se coordonner avec l’arrivée de la Grande Vitesse au cœur de Toulouse.

Les réunions de concertation ont fait émerger deux demandes complémentaires :

  • L’étude d’une halte à Lespinasse
  • Le réaménagement de la berge est du canal latéral à la Garonne

Partenaires

Les études préliminaires représentent un budget 2,7 M € financé dans le cadre du Contrat de plan État-Région 2007-2013. Il se répartit à part égales (33 %) entre l’État, la Région Midi-Pyrénées et SNCF Réseau.

À terme, l’ensemble du chantier projeté représente un budget prévisionnel de 566 M €.