Publié le 27/10/2016 - Mis à jour le 20/07/2017
Passer la zone des réseaux sociaux

RER E : bientôt un train d’avance avec NExTEO…

Un système d'exploitation très innovant équipera bientôt les infrastructures et les trains de la future ligne E du RER (Projet Eole). NExTEO, c'est son nom, promet une meilleure régulation et une capacité accrue à gérer les situations perturbées. À la pointe de la technologie, il permettra d’augmenter la fréquence de passage des trains, de mieux coordonner leur circulation et, ainsi, d’offrir un meilleur service aux voyageurs : plus de trains, plus vite, avec une meilleure régularité… Des gains de temps en perspective !

Eole : une ligne qui révolutionne la mobilité

Guillaume attend son train sur le quai de la gare Rosa Parks du RER E, dans le nord-est parisien.

Il doit se rendre à Nanterre, à l’ouest de la capitale, pour assister à une réunion « Eole » sur le site de la future gare Nanterre-La Folie. Guillaume travaille en effet dans l’équipe de ce grand projet dont SNCF Réseau est maître d’ouvrage, et qui consiste à prolonger le RER E de 55 km vers l'ouest, jusqu’à Mantes-la-Jolie. Une fois achevée, cette ligne participera à la désaturation du RER A entre Auber et La Défense, des RER B et D entre Châtelet et Gare du Nord, et de la gare Saint-Lazare. Connectée avec tous les RER, la majorité des lignes de métros et les futures lignes 15 et 18 du Grand Paris Express, elle transformera la mobilité des 620 000 voyageurs qui l’emprunteront dès sa mise en service en 2024 et, plus globalement, de millions de voyageurs en Ile-de-France, grâce à un maillage renforcé et à la suppression de plusieurs correspondances.

Le prolongement du RER E vers l’ouest facilitera la mobilité de millions de voyageurs.
Source : www.rer-eole.fr

Mais, en attendant, pour effectuer le trajet jusqu’à Nanterre-La Folie où la construction d’un garage de rames et d’un site de maintenance sont prévus, Guillaume doit d’abord se rendre à la gare Hausmann Saint-Lazare, terminus actuel du RER E. De là, il marchera jusqu’à Auber pour prendre le RER A et rejoindre Nanterre-Préfecture.

« Cette ligne participera à la désaturation du RER A et de la gare Saint-Lazare »

 

NExTEO : la réponse technique adéquate

En se dirigeant vers les quais du RER A, Guillaume a la certitude qu’avec la future ligne E du RER, le Stif (Syndicat des Transports d’Ile-de-France), initiateur du projet, détient une vraie réponse à l’augmentation des déplacements Est-Ouest en Ile-de-France. Mais la grande innovation, c’est le système de régulation et de signalisation NExTEO qui équipera la future ligne E du RER. En effet, dans 6 ans, lorsqu’il sera déployé sur le tronçon central entre Rosa Parks et Nanterre-la-Folie, il offrira de nombreuses fonctionnalités :

  • circulation d’un plus grand nombre de rames (un intervalle de 108 secondes entre les trains), à une vitesse plus importante (jusqu’à 120 km/h) ;
  • assistance à la régulation et à la gestion des incidents ;
  • automatisation des phases de traction et de freinage des trains.

Régularité, ponctualité, information en temps réel : autant d’améliorations qui seront perceptibles par les voyageurs. Ainsi, le gain de temps sera par exemple de 33 minutes sur le parcours Rosa Parks - Nanterre !

Pour relever cet ambitieux défi :

  • SNCF Réseau et SNCF Mobilités ont constitué une équipe commune de maîtrise d’ouvrage, rassemblant l’ensemble des compétences requises (exploitation, maintenance, traction, sécurité, système…) ;
  • la maîtrise d’œuvre est assurée par un groupement nommé I3G, rassemblant l’expertise de SNCF Réseau (Ingénierie et Projets), de SNCF Mobilités et de l’ingénierie RATP, qui dispose d’une longue expérience en matière de pilotage assisté.

Le principe : appliquer au ferroviaire les fonctionnalités dont bénéficie le métro automatique.

Tandis que Guillaume presse le pas dans les couloirs de la gare Hausmann Saint-Lazare, il se souvient des précisions données par Xavier Gruz, directeur de projet Eole : « Grâce à NExTEO, il sera possible d’obtenir un très haut débit là où le flux de circulations est le plus intense. Un challenge rendu possible car ce système permet en effet de réduire l’intervalle entre les trains à 108 secondes, contre 180 en signalisation classique. Jusqu’à 28 RER par heure pourront ainsi circuler, soit quasiment un train toutes les 2 minutes ! Le débit sera également plus facile à gérer, en offrant notamment la possibilité de ralentir et d’accélérer les trains de manière optimale, selon les besoins. Un train qui, par exemple, se sera arrêté plus longtemps en gare pourra rattraper son retard dans la section suivante. »

« Augmenter la fréquence des trains, leur vitesse et accroître leur régularité »

 

Une innovation technologique importante

Pour automatiser ces différentes tâches, SNCF Réseau et SNCF Mobilités ont retenu une technologie innovante d’automatismes d’aide à la conduite des trains : le Communications-Based Train Control (CBTC). C’est l’entreprise Siemens France qui développera et déploiera ce système de contrôle ferroviaire. Pour cela, elle associera :

  • son système de supervision automatique des trains ATS Vicos CBTC ;
  • son procédé de communication sécurisé radio Airlink.

Cette solution, basée sur des échanges radio continus entre les trains et une intelligence centrale, a déjà été déployée dans le cadre de la modernisation de lignes de métros à Paris, à New York, à Londres ou encore à Copenhague. Son fonctionnement : le train détecte et calcule lui-même sa propre position sur la ligne, puis la transmet par radio à une intelligence centrale. Celle-ci lui assigne alors un point à protéger, qui correspond à l'arrière du train qui le précède. Le système assure donc l'espacement de sécurité entre les trains, et détermine la vitesse idéale. En parallèle, l’intelligence centrale peut actualiser en temps réel tous les outils d’information des voyageurs.

Pour réaliser ce projet, Siemens a conclu un partenariat avec l’entreprise Atos, spécialisée dans les technologies digitales et les systèmes de supervision du réseau ferré.

« Cette solution est basée sur un échange radio continu entre les trains et une intelligence centrale »

 

L’avenir est en marche

Guillaume est arrivé à destination. Il est à l’heure pour sa réunion.

En traversant l’immense chantier du secteur des Groues, un quartier en cours de réaménagement dans une perspective, notamment, de développement durable, il songe à un autre avantage de NExTEO, moins connu, mais qui a toute son importance : la conduite assistée éco-énergétique. L’interface intégrera en effet dans ses algorithmes de régulation l’objectif de réduire au maximum l’énergie requise pour faire rouler le train.

« Le système permettra d’optimiser la conduite des trains en vue de réduire la consommation d’énergie »

Quel financement pour le projet Eole ?
 

Le projet Eole, future ligne E du RER, est financé par :

  • l'État ;
  • la Région Ile-de-France ;
  • la Société du Grand Paris (SGP) ;
  • la Ville de Paris ;
  • le Conseil Départemental des Yvelines ;
  • le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine ;
  • SNCF.

Le Stif, autorité organisatrice des transports publics en Ile-de-France, veille au respect des coûts et des calendriers, et finance à 100 % le matériel roulant et sa composante bord NExTEO.

Toutes les informations sur le financement du projet sur le site RER Eole