Publiée le 22/03/2012 - Mise à jour le 19/05/2015
Passer la zone des réseaux sociaux

Tours-Bordeaux : 30 M € pour le Fonds de Solidarité Territoriale

Réseau Ferré de France participe aufinancement du Fonds de Solidarité Territoriale d’un montant de 30millions d’euros sur la LGV Tours-Bordeaux, dont les travauxdémarreront début 2012.

Le 5 mars dernier, une réunion conjointe des comités des exécutifs s’est réunie pour organiser la gestion du Fonds de Solidarité Territoriale (FST) de la ligne Tours-Bordeaux. Celui-ci servira à financer des projets environnementaux, patrimoniaux ou culturels sur les territoires traversés par la ligne.

2012 marquera en effet le démarrage des travaux pour cette ligne majeure du réseau national. Soucieux de participer à la mise en valeur de l’ensemble des territoires concernés, l’État, Réseau Ferré de France et les collectivités locales financent ce fonds d’une valeur de 30 millions d’euros.

Un tremplin pour les territoires


Institué par la circulaire du 27 septembre 2010, Le Fonds de Solidarité Territoriale vise à financer des actions d’accompagnement et d’insertion économique, sociale ou culturelle des projets de lignes nouvelles à grande vitesse.

Les actions éligibles à un financement au titre du Fonds de Solidarité Territoriale concernent :
des projets d’aménagement (acquisitions foncières, études, travaux),
des actions visant à améliorer l’insertion environnementale de la nouvelle infrastructure, en dehors de l’emprise ferroviaire et au-delà des obligations réglementaires qui s’imposent au maître d’ouvrage,
des actions visant à mettre en valeur les territoires traversés, notamment en favorisant leur développement économique et culturel.

Les projets inscrits au programme prévisionnel des 2 000 km de lignes d’ici 2020 prévu par la Grenelle, ont ainsi fait l’objet de conventions de financement, dont l’application est gérée par Réseau Ferré de France. 


La gestion du fonds

30 millions d’euros ont été mobilisés pour la Ligne Grande Vitesse (LGV) Tours-Bordeaux, soit un fonds égal à 0,4 % du coût prévisionnel de l’infrastructure.
Les modalités de gestion de ce fonds ont été décidées en ce début d’année, lors de réunions conjointes des comités des exécutifs et en présence de 18 cofinanceurs du projet.
18 millions d’euros seront ainsi alloués pour la section Tours-Angoulême, et 12 millions d’euros pour Angoulême-Bordeaux.
En outre, 90 % de l’enveloppe totale sera redistribuée en fonction du nombre de kilomètres par commune traversée par la LGV ; les 10 % restants le seront en fonction de la population des communes traversées.