Publiée le 05/02/2014 - Mise à jour le 19/05/2015
Passer la zone des réseaux sociaux

Zoom sur la suite rapide : un train pour moderniser à toute vitesse !

Véritable usine roulante, la suiterapide est capable de remettre à neuf l’ensemble des constituantsde la voie dans un temps très limité, le principal enjeu étant degêner le moins possible la circulation des trainscommerciaux.

Trois suites rapides existent en France, une quatrième sera livrée en Ile-de-France courant 2014.

Véritable usine roulante, la suite rapide est longue de plusieurs kilomètres et intègre de nombreux engins les uns à la suite des autres. Son objectif : la remise à neuf de l’ensemble des constituants de la voie dans un temps très limité, le principal enjeu étant de gêner le moins possible la circulation des trains commerciaux. Une véritable course contre la montre pouvant avoir lieu de jour comme de nuit !

Une suite rapide est capable de renouveler jusqu’à 1000 mètres de voies en une journée tout en permettant des circulations commerciales entre les différentes opérations. Un dispositif industriel qui nécessite tout de même l’intervention d’environ 400 ouvriers, techniciens et ingénieurs.

Qu’est-ce qu’un chantier de renouvellement ?

Un chantier de renouvellement de voie consiste à remplacer la totalité ou une partie des éléments qui la constituent : le ballast, les traverses, les rails et les systèmes de fixation des rails. Les raisons qui motivent un renouvellement des voies peuvent relever de l’usure de la voie ou d’impératifs de confort, de performance, ou de productivité. En effet, passé un certain âge, l’état de la voie ne permet plus de garantir, par des méthodes classiques d’entretien, une résistance des éléments de structure et des performances convenables. Des travaux lourds et coûteux, qu’il faut mener à une fréquence comprise entre 30 et 50 ans

Les 4 étapes d’un chantier de suite rapide

1. Le dégarnissage
 : l’engin soulève la voie et extrait l’ancien ballast. La partie récupérable est redéposée sous la voie, tandis que le ballast non récupérable est chargé dans des wagons situés à l’avant de la machine.

2. La pose  : les attaches des rails sont retirées pour pouvoir écarter les anciens rails de la voie. Les vieilles traverses en bois sont retirées et remplacées par des traverses en béton. Les longs rails neufs sont progressivement mis en place, fixés sur les traverses et soudés entre eux.

3. Le relevage : la voie est remise à niveau par des relevages successifs et très précis de 80 mm maximum chacun. Du ballast est déversé puis la voie est positionnée avant que le ballast ne soit profilé.

4. La libération
 : le rail est amené à une température comprise entre 20 et 32°C. Il s’agit de préparer le rail aux efforts de dilatation et de traction qu’il subit en permanence lors des variations de température.